Tous les articles par bmichaux

Avancement des études (bis)

Voilà, le mémoire est déposé. Alea Jacta est.

Reste la défense qui sera j’espère une formalité.

Vous penserez que la photo n’a peut-être aucun rapport, mais si… Depuis que le mémoire est fini et un gros examen fini, j’ai un peu plus de temps pour moi. En allant porter des trucs à la décharge, j’ai trouvé cette petite salamandre dans les morceaux de bois. En voilà un(e) qui l’a échappée belle et qui retrouve une relative liberté dans ce monde.

Avancement des études

Géo-localisation

Voilà, les études avancent, j’ai mon sujet de mémoire.

La géolocalisation en milieu intérieur est plus difficile à mettre en place que l’utilisation des GPS et ce par plusieurs facteurs :

  • L’utilisation d’un matériel basse consommation pour une utilisation longue durée, un récepteur GPS consomme trop que pour être en fonctionnement continu portable.

  • Une récepteur GPS est onéreux. Il n’est pas avantageux si l’on désire équiper des membres du personnel.

  • Les signaux émis par les satellites sont fort affaiblis par les infrastructures, des signaux reçus seront reçus par réflexion ce qui augmentera une imprécision, à l’échelle d’un bâtiment cela peut être très dérangeant.

Je développerai ici quelques exemples basés avec des Arduino pour piloter les modules de communication (ZigBee).

CQ-CQ

Il n’est jamais trop tard pour se découvrir une passion, surtout quand on vous montre tout ce qu’on peut faire avec.
Quand j’aurai du temps (et de l’argent), je passerai ma licence radio-amateur. Bon, il faut garder la tête sur les épaules, il y a encore pas mal de trucs à faire et de priorités avant ça.
Mais un jour… ;-).

On m’a conseillé le récepteur ICOM IC-7000. J’ai eu l’occasion de voir son prédécesseur, le IC-706. J’hésite encore, le TS-2000 de Kenwood ne semble pas mal du tout et possède un accordeur intégré. Enfin, il y a encore le temps avant que je n’achète, ça me laisse le temps de réflexion.

C’est génial ces petites choses là. J’aurai un beau schak plus tard :-).

Machine à commande numérique

cnc1CNC : Tartine

Voilà, ça avance. Cela fait environ 18 mois que j’y travaille : j’ai entrepris la construction d’une machine à commande numérique.

Après un premier essai utilisant un entrainement par vis sans fin un peu lent (voir la vidéo) mais permettant de montrer que le matériel répond bien aux commandes envoyées, j’ai entrepris d’en créer une de taille plus «raisonnable» : environ 90cm pour 170cm de long. avec actuellement 4cm de marge pour la montée/descente de l’outil.

J’ai réalisé son entrainement par courroies. Les moteurs d’entraînement sont au nombre de quatre, j’ai du doubler les moteurs pour la longueurs car mon axe se mettait de travers.

Les moteurs sont des NEMA 23 utilisant une courroie synchrone. Le système de contrôle est EMC2 Axis, envoyant les informations sur des drivers pololu (anciennement des contrôleurs reprap version 1.2).

Il me manque juste à réaliser la pièce pour accrocher ma broche ainsi que le système de montée/descente de l’outil. Il sera composé d’une vis trapézoïdale encore une fois entrainée par une courroie synchrone.

Voici une petite vidéo du test de mon axe X (170cm)

Son nom : «Tartine» vient de la forme qu’avait une des pièces. Et puis… Il faut savoir rigoler un peu.

Lancement du blog

lampe1

Un blog

Il faut bien un début à tout, c’est le premier article de ce blog. Je ne sais pas trop ce que je vais y mettre, mais petit à petit il se complètera. Les articles plus anciens datent de mon ancien (ancien) site. Je les ai donc remis au goût du jour, tout en conservant leurs dates de création.

Je pense déjà y mettre l’évolution d’un projet qui me tient à cœur depuis quelque temps : la construction de ma machine CNC. Par la suite, je vois bien un ou deux article sur ce que je vois dans mon télescope. Venez de temps en temps et vous verrez l’évolution :-).

Pour l’instant tout est un peu gelé, je n’ai pas beaucoup de temps ni pour moi ni pour mes loisirs. Les études et le travail me submerge un peu, après les examens je prendrai un bon moment de détente.

La surface solaire

Filtre solaire Baader

J’ai acheté/recu/placé mon filtre solaire au format A4. C’est pas mal, c’est la première fois que je vois les taches solaires de mes propres yeux. C’est assez étonnant.

Taches solaires

J’utilise une longue vue Celestron Minimak (je ne sais plus l’ouverture, cherchez 😉 ). avec le filtre placé en serrage dans un tuyau d’écoulement. Le serrage sur la gaine extérieure est suffisamment important pour que le filtre tienne bien (trop bien même).

Bague T2

blurrMoonBague d’adaptation T2 pour Sony

Voilà, j’ai enfin reçu ma bague d’adaptation T2 pour mettre mon réflexe sur le tube. Mon seul regret : ne pas l’avoir achetée plus tôt : c’est tellement pratique !

Prochaine étape : une motorisation

webCam1

Webcam

J’ai remarqué que beaucoup de gens utilisaient une webcam pour de l’imagerie avec un télescope. Passant devant une webcam à 9€, je me suis dit que je pouvais m’octroyer cette folie et défoncer la camera :-).

Pour rester compact pratique, et protéger le circuit, j’ai utilisé une petite boite de dérivation ronde semi-hermétique (64 mm de mémoire).
Pour passer le fil, rien de plus facile, un petit coup de cutter dans un des trous à l’arrière, passer le câble usb, et le tour est joué.
La partie suivante consiste à forer un trou au bon endroit, pas trop petit pour ne pas empiéter sur la lumière rentrant sur le capteur, et pas trop grand car il faut savoir y fixer un tube de 32 mm pour le mettre sur le télescope.

Une fois le trou fait, on retire toute les protections plastique de la webcam, pour n’avoir que le circuit avec le capteur. Si un filtre IR est présent, enlevez le.webcam2

Le circuit a simplement été aligné avec le trou fait sur le boîtier et collé avec une pâte collante. J’ai laissé le pas de vis pour l’objectif de la webcam afin de protéger le capteur quand je ne l’utilise pas.

Il ne me reste plus qu’à trouver les bons réglages pour la webcam car mes images sont bleues/vertes.webcam3

J’ai constaté aussi une sur-exposition, je vais regarder pour intégrer dans le bout de PVC une fine fente permettant de mettre un iris pour limiter la lumière. Ainsi je pourrai voir mieux gérer l’exposition.

First light

La première lumière

C’est ainsi qu’on nomme la première fois qu’un télescope reçoit de la lumière, la première vue faite avec celui-ci.

J’ai essayé de faire une photo de la lune, sans vraiment de matériel adapté (juste l’objectif d’une webcam juste en face de l’oculaire), mais la luminosité est trop importante.

lune1

Plus tard dans la nuit, j’ai essayé d’attraper Andromède, mais je m’attaque à du trop gros pour commencer. Soit je cherche mal, soit la pollution lumineuse de la ville m’empêche de trouver ce que je cherche. Je me suis perdu entre les étoiles. Et même si je n’ai pas trouvé ce que je cherchais, je suis ivre de toutes les présentes.

Il est là !doby

Le voilà, Doby (le Dobson…) est arrivé. Enfin, j’ai été la chercher. Finalement, suivant les conseils du vendeur, j’ai pris un 200mm. Pourquoi ? Car pour un débutant, c’est déjà pas mal un 200. Et puis, le budget pour le 250 dépassait ce que j’avais prévu. J’ai jeté un oeil hier soir, une petite virée sur un astre pas trop dur à trouver : la lune. Je ne l’ai jamais vue si belle. Après l’exploration, j’ai décidé d’aller sur la première étoile que j’ai trouvé dans le ciel. En faisant la mise au point, j’ai remarqué que ce n’était pas une étoile, mais Jupiter, et 5 de ses satellites. J’ai encore beaucoup à apprendre :-).

Je l’imaginais quand même moins volumineux. Mais c’est pas un problème :-).